L a   Q u a l i t é   d e   l' E a u

Préjugés, scandales et solutions
pour une eau au naturel, sans plastique
 

    

Pourquoi et comment un nouveau livre sur l'Eau ?


Mais pourquoi donc un livre sur la "qualité de l’eau" ? L’eau n’est-elle pas toujours de l’eau, aqua simplex, H2O ?  A l’échelle de la planète, n’avons-nous pas la chance de disposer en Occident, à tous les robinets, d’une eau potable de qualité ?

Les derniers scientifiques à s’être intéressés de près aux propriétés de l’eau – Jacques Benvéniste dans les années 80 et le prix Nobel Luc Montagnier trente ans plus tard – n’ont-ils pas été à juste titre ridiculisés par la communauté scientifique ?

Et si les médecins ne reçoivent quasiment aucune formation sur l’eau – 70% du poids d’un corps humain et plus de 99% des molécules de ses cellules – n’est-ce pas simplement parce que toute cette eau va de soi ?

Pourquoi donc ouvrir le débat de la qualité ?  Il serait tellement plus simple de s’en remettre à la simplicité de l’eau, à la transparence des pouvoirs publics, à la pureté des messages du marketing. Bref, à laisser couler…

Mais si l’eau, en coulant, est capable de creuser la pierre, ne peut-elle également contourner et dépasser les préjugés et les malentendus ?

C’est l’avantage de cette notion de qualité : elle impose la subtilité. Impossible avec elle de rester sur le manichéisme bien/mal, polluée/pure, robinet/bouteille…

A y regarder de plus près, au-delà des paramètres officiels, on perçoit alors une eau échauffée par ce qui lui arrive, cristallisée par le dogmatisme, troublée au point d’être parfois imbuvable…

La majorité des problèmes de peau viennent ainsi d’une qualité d’eau potable chlorée et donc (très) oxydante. La peau est asséchée et irritée, d’où le recours aux crèmes hydratantes et autres antirides. L’industrie de la cosmétique et son marché de plus de 200 milliards d’euros n’a aucun intérêt à ce qu’on améliore la qualité de l’eau. 

Une bonne proportion des problèmes de santé viennent d’un manque d’hydratation via une qualité d’eau potable chlorée et donc (très) oxydante. Peu arrivent à boire la quantité d’eau nécessaire au métabolisme de leur organisme… Les laboratoires pharmaceutiques et leur marché de plus de 1000 milliards d’euros n’ont aucun intérêt à ce qu’on améliore la qualité de l’eau.

L’essentiel des ventes d’eau en bouteille – 4 verres consommés sur 10 en France – découlent d’une perception négative de l’eau du robinet traitée et polluée. Les embouteilleurs et leur marché de 150 milliards d’euros n’ont aucun intérêt à ce qu’on améliore la qualité de l’eau.

Nous ne sommes pas ici dans la théorie du complot mais dans un simple constat : les pouvoirs publics ont la responsabilité de prévenir tout risque sanitaire. Peu coûteux et faciles à mettre en œuvre, chlore et ozone sont utilisés afin de contenir autant que possible bactéries et autres virus. Mais chlore et ozone, oxydants majeurs, irritent et assèchent… ne permettent pas une bonne hydratation… entraînent ainsi des problèmes de peau et des pathologies sur le long terme… ce qui arrange indirectement de nombreux intérêts économiques !

Il n’y a pas de complot. Il y a juste un avantage économique, financier et donc aussi in fine politique à ne pas parler de la qualité de l’eau.  Cette omerta est de loin le principal scandale de l’eau...

... et la raison principale de cet ouvrage !
 


Je m'intéresse à l'eau depuis les années 2010 lorsque, Directeur Commercial de notre Centre Oasis à Genève, je suis, sur un salon,  tombé en arrêt devant une Fontaine Mélusine. Je ne me suis pas fait mal mais ai immédiatement compris qu'il n'y avait pas de fatalité car il existait des solutions aux problèmes de l'eau.

J'ai consacré une bonne partie de l'année suivante à me documenter - il existe d'excellents livres sur l'eau - afin de bâtir le site www.eaunaturelle.fr, référence exhaustive d'information sur l'eau de qualité.

En bon commercial, j'ai également noué des liens avec les fabricants ou distributeurs des appareils qui me semblaient les plus pertinents, jusqu'à acquérir une bonne vision de ce qui fonctionnait... et de ce qui fonctionnait nettement moins bien !

Eh oui, les arnaques de l'eau sont légion et il est clair que, sans information et recul, les risques de se faire avoir sont maximales. Ce livre vient donc aussi de ma volonté de donner les pistes et les critères afin d'y boire enfin un peu plus clair.
 


Il existe quantité de solutions pour améliorer son eau "potable" du robinet et heureusement car sinon, à quoi bon ?

Il n'existait par contre à ce jour aucun livre donnant les clefs et les critères pour s'y repérer. Le livre de Yann Olivaux La Nature de l'Eau listait bien la majorité des « Procédés de Structuration de l’Eau » (PSE) de l'époque mais via uniquement les informations communiquées... par les fabricants ou distributeurs !

Face à un fabricant, c'est pourtant simple: son produit est forcément le meilleur au monde !  Pourquoi diable le critiquerait-il alors qu'il y a tant de concurrents à dépasser ?  La plupart des fabricants de systèmes de filtration se targuent ainsi d’obtenir une eau pure via… un mensonge publicitaire ou un abus de langage ! En réalité, aucun système ne permet d’obtenir une eau pure. Il est possible de tendre vers la pureté, jamais y être ou y rester et une eau "pure" serait d'ailleurs problématique pour l'organisme car déminéralisante.

Comment donc démêler le marketing de la réalité ?  Je ne prétends pas avoir la science infuse - voire même la science tout court - mais j'ai le mérite d'avoir testé et vendu suffisamment d'appareils ou de dispositifs différents pour savoir ce qui fonctionne... et ce qui fonctionne nettement moins bien.

A ce jour, dans les faits, aucune solution n’est parfaite ou polyvalente. Un minimum de choix, de recul, de souplesse et de réflexion sont nécessaires pour investir dans l’appareil qui correspond à sa configuration, à ses besoins… et à son budget !

Le budget sera dans la plupart des cas le nerf de la guerre (des nerfs) mais toutes les solutions ne sont pas ruineuses, vu que certaines sont mêmes gratuites !  C'est le cas par exemple de notre concept de création de sources dans des magasins bio pour un remplissage gratuit et illimité de bouteilles en verre. Voir www.retoursource.ch

Globalement, il sera toujours moins couteux d'investir dans un système de filtration et de dynamisation performant que de stresser face à son eau (et alors tomber malade) ou de faire la queue au supermarché avec son pack de bouteilles plastiques.

Avec un organisme composé essentiellement d'eau, la qualité de celle-ci est naturellement prioritaire. A la limite, à quoi bon consommer bio si mon eau n’est pas de qualité ?  Bon, mieux vaut consommer bio aussi et, tant qu'à faire, dans un magasin bio où il sera possible de remplir gratuitement ses bouteilles...
 


J'ai reçu beaucoup de commentaires élogieux à propos de mon site www.eaunaturelle.fr mais aussi quelques critiques : trop lourd, trop gros, trop peu clair...

Son objectif était en effet d'être relativement exhaustif. Du coup, sa lecture requiert un bon investissement temps, sans parler du temps ensuite de la compréhension... Le site a, pour la sortie du livre, était remanié mais il demeure... un site, avec une lecture sur écran peu agréable.

La qualité de l'eau nécessitait un livre. En mains, sur papier, la lecture est tout de même beaucoup plus fluide... et la compréhension d'autant facilitée.

Un livre a aussi le mérite d'être disponible à l'extérieur de sa "bulle", d'être visible en librairie, de pouvoir toucher des personnes pour qui la question de l'eau jusqu'alors ne se posait pas. Un livre a le potentiel d'initier quelques débats voire - on peut toujours rêver - de conduire à une prise de conscience salvatrice.

Car ne nous y trompons pas : l'essentiel du système s'abreuve de la piètre qualité de notre eau !  Changeons notre eau et il nous sera possible d'envisager un autre paradigme de la santé et de la vitalité. Car cela coule de source : nous sommes mal en point car nous maltraitons l’eau.  Améliorons enfin sa qualité et nous irons tous beaucoup mieux !
 

 

Disponible dans toutes les librairies
à partir de mars 2020

 

Le mendiant.fr
Auteur & Consultant Ecologique / Benoît Saint Girons / Tél: +41 76 532 8838 /
auteur[at]lemendiant.fr

© Benoît Saint Girons - Tous droits réservés - Données indicatives non contractuelles et susceptibles de modifications